Archives de catégorie : Dissertation

L’idéologie du dépassement (petite sociologie de la dissertation)

En tant qu’elle étudie les effets symboliques d’un ordre social établi, la sociologie révèle une loi d’harmonie entre des groupes sociaux institués et des classes de discours plus ou moins clôturés, presque toujours protégés. Difficile donc, pour le sociologue lui-même, de faire accepter une approche sociologique du discours philosophique prenant pour objet les conditions objectives d’engendrement de ce discours traditionnellement jaloux de son autonomie. La tâche d’une sociologie de la philosophie serait donc la suivante : définir les conditions sociales (matérielles et symboliques) de légitimation du discours philosophique, attendu que celui-ci tend à s’auto-justifier et à s’établir quelque part entre le « sacré » et le « profane » : ce qu’on nomme classiquement l’excellence, ou plus sociologiquement la distinction(Bourdieu). A cet égard on ne peut éviter de mettre en parallèle l’idéologie caractéristique du dépassement et de l’excellence manifestée jusque dans le genre dissertatif et la hiérarchie culturelle et scolaire qui rend sa pratique envisageable.

Il incombe au professeur de philosophie de faire accéder les jeunes gens à une « réflexion personnelle » par la grâce d’un exercice – la dissertation – qui rassemble heureusement en lui-même la fin et les moyens, l’apprentissage et la pratique effective de la pensée. Ce genre ne s’impose nullement parce qu’il serait spécifique à la réflexion philosophique, mais au contraire parce qu’il serait le plus universel, donc le plus conforme à l’esprit philosophique. Les autres exercices proposés (notamment aux agrégatifs), la leçon et le commentaire, lui sont subordonnés ou n’en sont que des variantes. Malgré une abondante littérature sur la « méthode de la dissertation » et sa qualification paradoxale de « scolaire », il n’y a pas de l’aveu même des philosophes professionnels de « règles » ou de « recettes » pour réussir cet exercice : la bonne dissertation traduisant la pensée bonne (celle qui, partie pour découvrir la vérité, révèle le sens des choses) se reconnaît toujours elle-même (puisqu’elle est réflexive) et une mauvaise dissertation ne peut que se disqualifier elle-même, moins par ses fautes de logique ou de raisonnement que par son manque fatal de « tact »…

Rappelons seulement que la facture d’un tel produit s’apparente à un drame présentant l’itinéraire d’une conscience « malheureuse » qui, interrogeant ladoxa et amenée à la dépasser une première fois par l’examen savant ou la mise en concept, puis grâce à une certaine mise en ordre ou hiérarchisation de ces concepts, finit par triompher à la fois de l’opinion et de la science en s’élevant jusqu’au « règne des fins » (la question de la valeur et du pourquoi des choses) où elle trouve sa propre raison d’être et se pose comme conscience de soi autonome. L’activité philosophique – qu’elle soit dialectique ou non au sens hégélien – reproduit à tous les niveaux le schème (évidemment social) du dépassement même si elle ne semble puiser sa compétence que de manière strictement interne. Or rien n’est plus faux, évidemment. Il suffit d’avoir enseigné la philosophie au moins une heure dans sa vie pour savoir que la compétence, en la matière, se définit essentiellement et prioritairement comme linguistique. On ne réfléchit et on ne disserte philosophiquement que dans le langage de la philosophie, c’est-à-dire le langage noble, cultivé, lié à un certain niveau social (sauf à reproduire l’excuse des « mauvais élèves » : ils ont des idées mais ne savent pas les exprimer…). Le même problème apparaît sur l’autre versant de la production philosophique, le discours magistral du professeur qui est censé mettre en acte, au-delà d’une érudition contenue et d’une éloquence irréprochable, sa foncière liberté de philosophe philosophant… L’élève qui avoue alors ne « rien » comprendre exprime littéralement son ras-le-bol de ne compter pour « rien », et on ne peut que lui donner raison de saboter, éventuellement, pareille mascarade.

Si l’on se tourne maintenant vers l’Université, où l’écrit semble un médium plus important et plus utilisé que la parole, on s’aperçoit que celle-ci n’en demeure pas moins prestigieuse. Mais surtout l’esprit dissertatif y est tout aussi prégnant que dans le secondaire, car même si le commentaire savant tend à s’autonomiser face à un public déjà spécialisé, le sens qui est attaché aux seuls concepts dans les dissertations de niveau « inférieur », se condense cette fois sur un nom, une oeuvre, ou un texte dont l’intelligence n’est pas moins considérée comme foncièrement interne. D’autre part son élection se voit renforcée par divers processus d’absolutisation, propres justement à la dissertation, qui font de cet objet particulier un levier incontournable pour la compréhension de tel problème, tel auteur, ou telle partie d’une oeuvre. Au terme d’une série de dépassements, la conclusion célébrera le dévoilement d’une vérité inédite, un renversement complet de la perspective ou une ouverture abyssale, etc. En revanche, l’opposition lycée/université participe d’un clivage plus général dont la prise en compte serait nécessaire pour évaluer l’ensemble du champ des positions philosophiques, ensemble que je caractérise comme « académisme ».